mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Mediapart dim. 25 sept. 2016 25/9/2016 Édition de la mi-journée

Libre-échange: «En se jetant dans les bras des Etats-Unis, l'Europe court-circuite le débat»

1 juillet 2013 | Par Ludovic Lamant

Dans un entretien à Mediapart, l'ancien directeur de cabinet de Pascal Lamy à Bruxelles explique pourquoi il n'aurait pas fallu ouvrir des négociations pour un accord de libre-échange avec les États-Unis. C'est « l'identité européenne » tout entière qui serait en jeu, assure Pierre Defraigne, qui ne croit pas aux retombées économiques du projet transatlantique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pierre Defraigne fut le directeur de cabinet de Pascal Lamy de 1999 à 2002, lorsque l'actuel patron de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) n'était encore que commissaire européen au commerce. Il est donc difficile de le classer parmi les ardents défenseurs du protectionnisme… Mais Defraigne, devenu directeur général du think tank Madariaga, relié au collège d'Europe, est l'une des rares voix à s'être élevée, à Bruxelles, contre l'ouverture des négociations pour un accord de libre-échange entre les États-Unis et l'Union européenne. À ses yeux, c'est l'« identité européenne » tout entière qui est en jeu. Entretien.