Avec Trump, le parti républicain a succombé au culte de la personnalité

Par Alexis Buisson

Quatre ans après son élection, Donald Trump a fait main basse sur le parti républicain, qui tient sa convention nationale jusqu’à jeudi. Les voix modérées sont parties ou se sont largement tues.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (États-Unis).– Novembre 2012. Le parti républicain est en pleine déroute. Mitt Romney, candidat face à Barack Obama, vient de se faire battre par le président sortant. Les cadres républicains appellent à faire « un rapport d’autopsie » pour comprendre pourquoi ils ne sont pas parvenus à obtenir la majorité du vote populaire lors de cinq des six derniers scrutins.