Catalogne: les indépendantistes frôlent l’éclatement

Par

Carles Puigdemont s’était préparé jeudi à annoncer des élections anticipées, pour éviter la mise sous tutelle de la Catalogne. Mais il a fait marche arrière, jugeant que Madrid n’apportait pas assez de « garanties ». Le camp indépendantiste semble plus divisé que jamais.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nationaliste aux abois ou stratège hors pair ? Carles Puigdemont, le chef de l’exécutif catalan, a entretenu le doute avec maestria, ce jeudi 26 octobre : il a accepté, pour mieux le rejeter quelques heures plus tard, le principe d’élections régionales anticipées pour sortir la Catalogne de l’impasse politique. À un moment clé du bras de fer entre Madrid et Barcelone, ces hésitations en disent long sur les tensions majeures qui parcourent le camp indépendantiste. À court terme, elles pourraient précipiter une déclaration d’indépendance unilatérale (une « DUI », selon l’expression consacrée) lors d’une session extraordinaire du Parlement catalan à Barcelone, qui s'est ouverte jeudi soir et pourrait durer jusqu'à vendredi midi.