Procès UBS: le système de la banque suisse pour draguer les riches

Par

Depuis le début du procès, les dirigeants ou les anciens dirigeants s’évertuent à donner l’image la plus lisse d’UBS. Une banque modèle, selon eux. Mais c’est plutôt le modèle de la banque qui, au cours des audiences des 25 et 26 octobre, est en procès.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un éclat de rire parcourut soudain la salle d’audience de la 32e chambre du TGI de Paris, ce jeudi 25 octobre. Raoul Weil, ancien responsable de la gestion de fortune pour UBS (Global Wealth Management), était à la barre pour la deuxième audience consécutive. Depuis le début, l’ancien numéro 3 du groupe suisse esquivait soigneusement toutes les questions. Un brin énervé, l’avocat de l’État finit par lui demander s’il avait eu connaissance de l’existence des comptes non déclarés des résidents français chez UBS en Suisse. Raoul Weil hésite puis se lance : « Ce n’est pas qu’on ignorait mais c’est qu’on ne savait pas. »