La Russie de Poutine? «Une kleptocratie sans idéologie»

Par

À quatre mois de l’élection présidentielle russe, le paysage de la campagne se met en place. Si l’opposition est représentée, Vladimir Poutine est assuré d’être réélu. Tentative de définition du poutinisme à l’aune d’un quatrième mandat qui devrait être le dernier, avec le chercheur ukrainien Anton Shekhovtsov.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Anton Shekhovtsov, politologue ukrainien, s’intéresse depuis longtemps aux droites extrêmes, sur lesquelles il écrit régulièrement dans son blog. Dans son dernier ouvrage, Russia and the Western Far Right (« La Russie et l’extrême droite européenne », non traduit pour l’instant en français), publié aux éditions Routledge, il explore les liens réciproques passés et présents entre le pouvoir russe et les partis et idéologies d’extrême droite sur le continent. Une approche qui lui permet de définir, en creux, le système Poutine, tandis que le scrutin présidentiel du 19 mars prochain s’annonce sans surprise.