Des dizaines d’heures ont été passées en discussions, des centaines d’amendements ont été proposées en tout sens, de nombreuses alertes ont été lancées par différentes ONG. Pourtant, au terme de plus de sept mois d’examen par la commission Juri (commission des affaires juridiques du parlement européen) il n’en reste presque rien. Le projet de directive européenne sur le secret des affaires, rédigé uniquement en anglais, qui va être soumis le 28 janvier au vote de la commission Juri, est toujours aussi dangereux pour la presse, les salariés, les citoyens.