En Algérie, le président est de retour, le « hirak » aussi

Par

Le pire cauchemar du pouvoir algérien se produit : le « hirak », le soulèvement populaire que le Covid-19 avait contraint à l’arrêt, est de retour dans les rues. De multiples cortèges ont envahi les rues de plusieurs villes du pays ce vendredi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Le hirak, en forme et en force », « Hirak, le retour », « Les marches du vendredi de retour », « Le hirak revient ! »Les titres de la presse algérienne actent le pire cauchemar du pouvoir algérien ainsi que la poursuite de sa déroute. Le soulèvement populaire, qui a chassé l’ancien président au pouvoir pendant vingt ans Abdelaziz Bouteflika, et qui, depuis, ne cesse de réclamer la chute du « système », est de retour après plus d’une année de suspension des manifestations à cause de la pandémie de Covid-19. Même la radio nationale algérienne l’a reconnu.