Fatih Mehmet Maçoglu, le petit maire communiste d’Ovacik qui voulait conquérir la Turquie

Par

Seul maire étiqueté communiste de Turquie, Fatih Mehmet Maçoglu a appliqué dans sa bourgade d’Ovacik, au fond des montagnes kurdes du Dersim, un programme « populaire révolutionnaire » qui a redonné vie à l’agriculture et le pouvoir de décision aux habitants. Aux municipales du 31 mars, il entend conquérir la principale ville du département, Tunceli. Et voit aussi plus grand.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ovacik et Tunceli (Turquie), de notre envoyé spécial.-  Avec sa parka élimée, ses bacchantes de concours, ses cheveux grisonnants coupés court et son regard fatigué, Fatih Mehmet Maçoglu tient plus du paysan beauceron que de Che Guevara. Il y a pourtant du boutefeu révolutionnaire dans ce maire d’une petite commune turque de 3 300 habitants, Ovacik, perdue au fond des montagnes kurdes du Dersim, forteresse naturelle et conservatoire de toutes les résistances au pouvoir central d’Ankara.