Un avionneur pris dans les turbulences industrielles

Par et

Airbus a les plus grandes difficultés à faire face à tous ses développements lancés depuis dix ans. Le programme de l'A380 est plus que jamais menacé, celui de l'A400M est mal en point. Engagé dans une folle course aux commandes, sa rentabilité se dégrade mais les actionnaires n'en voient rien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'A380 a-t-il encore un avenir ? Depuis des mois, la direction d’Airbus semble repousser la question. Jeudi 27 juillet, lors de la présentation des résultats semestriels du groupe, Tom Enders, le président d’Airbus, a de nouveau assuré que le plus gros avion de transports de passagers du monde conserve un potentiel. Pourtant, il a lui-même relancé les doutes sur le futur de ce programme. Pour la deuxième fois en moins d’un an, Airbus a décidé de réduire sa production d'A380. Alors que le rythme de fabrication avait déjà baissé de 27 avions par an en 2015 à 12 en 2018, celui-ci va être ramené à 8 en 2019.