Les sorties d’Erdogan pourraient perturber l’élection allemande

Par

Le 18 août, le président turc a appelé « ses » citoyens en Allemagne à ne voter ni pour le parti conservateur d’Angela Merkel, ni pour le parti social-démocrate de Martin Schulz, et pas non plus pour le parti écologiste, tous accusés de soutenir le terrorisme en Turquie. Peut-il réellement influencer le scrutin ? Dans les partis et dans le quartier berlinois de Neukölln, aux habitants de toutes origines, l'affaire est prise au sérieux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Berlin (Allemagne), de notre correspondant.-  Jusqu’où ira le président turc Recep Tayyip Erdogan dans les provocations et la manipulation des sentiments et ressentiments de la première communauté turque à l’étranger ? Depuis le coup d’État manqué du 15 juillet 2016, Erdogan ne s’est en effet pas contenté de neutraliser ses opposants politiques, d’épurer massivement les administrations publiques, d’interdire les médias critiques et de placer sans véritables preuves plus de 150 journalistes et/ou défenseurs des droits de l’homme turcs et étrangers derrière les barreaux. Il a aussi nettement intensifié sa « guérilla » diplomatique contre l’Allemagne, une guérilla véritablement relancée en juin 2016 quand les députés allemands avaient officiellement reconnu la réalité du génocide arménien.