Accord sur le nucléaire iranien : Israël implore les États-Unis de ne pas signer

Comme hier Netanyahou, le premier ministre israélien Yaïr Lapid juge que l’accord international sur le nucléaire iranien est un « désastre stratégique » et voudrait convaincre Joe Biden de ne pas le signer. Mission quasi désespérée : le président américain estime que l’accord conclu par Obama et rompu par Trump était une victoire de la diplomatie démocrate. Et un pas vers la paix au Moyen-Orient.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Deux jours après avoir décidé d’envoyer à Washington son conseiller à la sécurité nationale, Eyal Hulata, pour tenter de convaincre l’administration Biden de ne pas ressusciter l’accord nucléaire avec l’Iran, le premier ministre israélien Yaïr Lapid a manifestement jugé que la capacité de conviction de son émissaire était insuffisante et choisi d’augmenter singulièrement le calibre politique de son offensive diplomatique. Depuis mercredi, ce n’est plus désormais le seul Hulata (diplômé de Harvard et agent du Mossad pendant 25 ans) qui est chargé de mettre en garde les dirigeants des États-Unis contre les dangers d’un retour à l’accord de 2015.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal