En Tunisie, la jeunesse continue de s’immoler par le feu, faute de perspectives

Un journaliste tunisien s’est immolé par le feu le 24 décembre, dans la région déshéritée de Kasserine, foyer de la révolution de 2011. Huit ans, presque jour pour jour, après celle du vendeur ambulant Mohamed Bouazizi qui déclenchait les soulèvements arabes.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Abderrazak Zorgui s’est immolé par le feu lundi 24 décembre à Kasserine, ville déshéritée à l'ouest de la Tunisie. Il a brûlé sa vie en s’aspergeant d’essence, huit ans, à une semaine près, après l’immolation le 17 décembre 2010 de Mohamed Bouazizi, le vendeur ambulant de Sidi Bouzid, qui allait déclencher en moins d’un mois l’effondrement du régime dictatorial de Zine el-Abidine Ben Ali et un vent révolutionnaire du Maroc au Yémen.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal