L’Inde s’enflamme contre de nouvelles lois qui limitent l’accès à la citoyenneté

Par

Depuis mi-décembre, des manifestations géantes ont lieu en Inde en réaction à une nouvelle loi sur l’accès à la citoyenneté fondée sur la religion. Combiné à la mise à jour de registres nationaux de population et de citoyens, le dernier coup d’éclat du parti nationaliste hindou au pouvoir fait craindre à des millions d’Indiens (notamment musulmans) de perdre leur statut.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Calcutta (Inde), envoyée spéciale.– « L’ambiance est intense et je pense que les choses vont progressivement devenir bien pires. C’est vraiment une perspective terrifiante pour tous les Indiens », constate Sufyan, un jeune étudiant et manifestant de la première heure dans un quartier populaire de Calcutta, troisième ville de l’Inde, à l’est du pays. Depuis le 15 décembre, des milliers de personnes ont été blessées, arrêtées et jugées aux quatre coins du pays, dans la foulée de manifestations contre de nouvelles lois sur la citoyenneté perçues comme discriminatoires.