L’UE incapable de tirer les leçons de la crise du glyphosate

Par Quentin Ariès

Après le scandale du glyphosate, la Commission a voulu reprendre la main, en rendant un peu plus transparents les « comités d’experts » qui décident de l’autorisation des OGM et autres pesticides. Mais les États, dont la France, traînent des pieds, tout comme le Parlement européen.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bruxelles (Belgique), correspondance.– Lundi 27 novembre 2017, Bruxelles. Énième coup de théâtre dans la saga du glyphosate. Après 18 mois de tractations, de couacs diplomatiques, de campagnes de lobbying intense de l’industrie chimique comme des ONG environnementales, l’Union européenne a décidé de renouveler in extremis la licence du glyphosate – un herbicide fabriqué par des géants de la chimie comme Monsanto, soupçonné d’avoir des effets néfastes sur l’environnement et la santé – jusqu’en décembre 2022.