Au procès d’Assange, les Etats-Unis nient toute persécution «politique»

Par

Lors de la première semaine du procès en vue de l’extradition du fondateur de WikiLeaks, le représentant américain a nié toute persécution politique, mais les avocats de Julian Assange dénoncent les mauvais traitements subis en prison.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’état de santé de Julian Assange et son traitement par la justice britannique ont une nouvelle fois été dénoncés par les avocats du fondateur de WikiLeaks, à l’occasion de la première semaine d’audiences, en vue de son extradition vers les États-Unis, qui s’est terminée jeudi 27 février.