Tous nos articles sur le procès Julian Assange

Plus d'un an de procès discontinu. Retrouvez tous nos entretiens, enquêtes et compte-rendus d'audiences…

Julian Assange reste en prison en attendant son appel

Par
Un manifestant devant la Cour criminelle centrale de Londres, le 7 septembre. © AFP Un manifestant devant la Cour criminelle centrale de Londres, le 7 septembre. © AFP

Malgré le rejet de la demande d’extradition déposée par les États-Unis, la juge Vanessa Baraitser a estimé que le journaliste australien risquait de tenter de fuir le pays en attendant le procès en appel. « Ce dossier n’a pas encore été gagné », a-t-elle prévenu.

La justice britannique rejette la demande d’extradition de Julian Assange

Par
Un manifestant devant la Cour criminelle centrale de Londres, le 7 septembre. © AFP Un manifestant devant la Cour criminelle centrale de Londres, le 7 septembre. © AFP

La juge Vanessa Baraitser a estimé que l’état de santé mentale du fondateur de WikiLeaks était incompatible avec les mesures d’isolement extrêmes auxquelles il serait soumis dans une prison américaine. Les États-Unis ont 15 jours pour faire appel.

Extradition vers les Etats-Unis: Julian Assange fixé lundi sur son sort

Par
Le 8 septembre 2020, devant la cour criminelle centrale de Londres. © Tolga Akmen / AFP Le 8 septembre 2020, devant la cour criminelle centrale de Londres. © Tolga Akmen / AFP

La justice britannique rendra ce lundi 4 janvier sa décision sur la demande d’extradition de Julian Assange aux États-Unis. Le fondateur de WikiLeaks y encourt jusqu’à 175 ans de prison pour avoir diffusé des centaines de milliers de documents confidentiels.

Aux Etats-Unis, le spectre d’un calvaire carcéral pour Julian Assange

Par
Un manifestants devant la cour centrale criminelle de Londres, le 7 septembre. © AFP Un manifestants devant la cour centrale criminelle de Londres, le 7 septembre. © AFP

Lors de la dernière semaine d’audience en vue de l’extradition du fondateur de WikiLeaks vers les États-Unis, plusieurs experts sont venus décrire les conditions de vie atroces au sein des quartiers haute sécurité dans lesquels il serait détenu. Verdict le 4 janvier.

Assange: ce procès qui nous consterne et nous concerne

Par
capture-d-e-cran-2020-09-22-a-13-40-26

La troisième semaine du procès en extradition vers les États-Unis de Julian Assange a donné lieu, à Londres, à des débats dominés par la santé mentale de l’accusé et marqués par le cynisme de l’avocat du gouvernement américain.

Journalistes et lanceurs d’alerte au secours de Julian Assange

Par
Des manifestants devant la cour criminelle centrale de Londres, le 14 septembre. © AFP Des manifestants devant la cour criminelle centrale de Londres, le 14 septembre. © AFP

Lors de la deuxième semaine d’audiences en vue de l’extradition de Julian Assange vers les États-Unis, plusieurs journalistes ayant travaillé sur les documents fournis par Chelsea Manning en 2010 ont défendu le sérieux du travail de WikiLeaks dans leur traitement. La semaine a également été marquée par le témoignage de Daniel Ellsberg, à l’origine de la divulgation des Pentagon Papers en 1971.

Le procès de Julian Assange perturbé par un cas suspect de Covid-19

Par
Un manifestant devant la cour centrale criminelle de Londres, le 7 septembre. © AFP Un manifestant devant la cour centrale criminelle de Londres, le 7 septembre. © AFP

La juge Vanessa Baraitser a ordonné la suspension des audiences jusqu’à lundi dans l’attente du résultat d’un test pratiqué sur une personne ayant été en contact avec de nombreux membres de l’accusation et de la défense. Si le résultat est positif, le procès risque de se poursuivre en visioconférence.

Une première journée d’audience délicate pour Julian Assange

Par
Un manifestants devant la cour centrale criminelle de Londres, le 7 septembre © AFP Un manifestants devant la cour centrale criminelle de Londres, le 7 septembre © AFP

La Cour centrale criminelle de Londres, qui doit décider de l’extradition du fondateur de WikiLeaks aux États-Unis, a refusé d’écarter les nouveaux éléments déposés il y a quelques semaines par la justice américaine ainsi qu’un report des audiences.

Reprise des audiences en vue de l’extradition de Julian Assange

Par

À partir de lundi, le fondateur de WikiLeaks comparaît devant la Cour criminelle centrale de Londres qui doit décider de son extradition vers les États-Unis où il risque 175 années de prison pour espionnage. Les audiences doivent durer entre trois et quatre semaines.

Extradition de Julian Assange: le coup de Jarnac de la justice américaine

Par
Dessin durant une audience en octobre 2019. © Reuters/Julia Quenzler/Handout Dessin durant une audience en octobre 2019. © Reuters/Julia Quenzler/Handout

Alors que les audiences en vue de l’extradition du fondateur de WikiLeaks doivent reprendre à Londres le 7 septembre, le ministère public américain a déposé une nouvelle version de sa demande incluant de nouveaux éléments visant à nier la qualité de journaliste de Julian Assange en l’accusant d’avoir sollicité des hackeurs.

Au procès d’Assange, les Etats-Unis nient toute persécution «politique»

Par

Lors de la première semaine du procès en vue de l’extradition du fondateur de WikiLeaks, le représentant américain a nié toute persécution politique, mais les avocats de Julian Assange dénoncent les mauvais traitements subis en prison.

A Londres, «le début d’un long combat» pour Julian Assange

Par
Un croquis représentant Julian Assange lors de l’ouverture du procès à Londres, lundi 24 février. © Julia Quenzler / Reuters Un croquis représentant Julian Assange lors de l’ouverture du procès à Londres, lundi 24 février. © Julia Quenzler / Reuters

Lundi s’est ouvert, devant un tribunal dépendant de la prison de haute sécurité de Belmarsh, le procès du fondateur de WikiLeaks en vue de son extradition vers les États-Unis. Près de 150 « gilets jaunes » avaient fait le déplacement.

«Le procès de Julian Assange est le plus important de cette décennie»

Par
 © Mediapart © Mediapart

Une large partie de notre émission en direct, mercredi 26 février, était consacrée aux lanceurs d’alerte, nombreux à être persécutés par des États soucieux de soustraire leurs secrets à la vue des peuples, de Julian Assange à Rui Pinto. 

«Opération Hôtel»: comment Assange et ses proches ont été espionnés

Par
Julian Assange emmené au tribunal à Londres le 1er mai 2019. © Daniel LEAL-OLIVAS/AFP Julian Assange emmené au tribunal à Londres le 1er mai 2019. © Daniel LEAL-OLIVAS/AFP

Mediapart a pu consulter des documents détaillant la surveillance de l’ambassade d’Équateur à Londres où était réfugié le fondateur de WikiLeaks. Un dispositif de surveillance digne d’un film d’espionnage. La justice espagnole vient d’accorder le statut de « témoins protégés » à trois ex-salariés d’UC Global, l'entreprise de sécurité utilisée.

Les Etats-Unis ont espionné Julian Assange et ses visiteurs à Londres

Par
Julian Assange et Juan Branco en mai 2018 à l’ambassade équatorienne à Londres. © Document Mediapart Julian Assange et Juan Branco en mai 2018 à l’ambassade équatorienne à Londres. © Document Mediapart

Pendant sa réclusion à l’ambassade d’Équateur à Londres, tous les faits et gestes de Julian Assange étaient filmés par les caméras d’une société espagnole assurant officiellement la sécurité des locaux, mais travaillant en sous-main pour la CIA. Les visiteurs du fondateur de WikiLeaks ont aussi été surveillés, dont l’avocat français Juan Branco, qui compte déposer plainte contre X.

Julian Assange en danger de mort, selon un rapporteur spécial de l’ONU

Par
Un dessin de Julian Assange durant l'audience du 21 octobre. © Reuters/Julia Quenzler/Handout Un dessin de Julian Assange durant l'audience du 21 octobre. © Reuters/Julia Quenzler/Handout

Le 21 octobre, le fondateur de WikiLeaks est apparu devant un tribunal de Londres affaibli, s’exprimant avec difficulté, tandis que des « représentants du gouvernement américain » discutaient ouvertement avec le ministère public, selon un ex-diplomate présent. L’« exposition continue [d’Assange] à l’arbitraire et aux abus pourrait lui coûter bientôt la vie », alerte le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, Nils Melzer.

Derrière les poursuites contre Assange, les menaces sur la liberté de la presse

Par
Julian Assange, à Londres, le 11 avril 2019. © Reuters Julian Assange, à Londres, le 11 avril 2019. © Reuters

Pour l’instant, la justice américaine ne reproche au fondateur de WikiLeaks que d’avoir tenté de pirater le mot de passe d’un réseau protégé de l’armée américaine, une infraction punissable de cinq années de prison. Cette incrimination, qui pourra par la suite être complétée par d’autres, est un moyen de nier la qualité de journaliste de Julian Assange et celle d’organe de presse de WikiLeaks.

Quand ils sont venus chercher Assange…

Par
Manifestation pour l’asile politique de Julian Assange en Équateur à Quito, le 31 octobre 2018. © Reuters Manifestation pour l’asile politique de Julian Assange en Équateur à Quito, le 31 octobre 2018. © Reuters

Le sort de Julian Assange, tout comme celui de Chelsea Manning ou d’Edward Snowden, dépasse sa personne, ses fautes ou ses erreurs. Ce que la puissance américaine et ses alliés étatiques veulent lui faire payer, c’est d’avoir ouvert la voie à une nouvelle utopie démocratique dont l’arme pacifique est le droit de savoir.

Julian Assange, l’histoire d’une déchéance

Par
Julian Assange, au balcon de l'ambassade d'Equateur à Londres, le 19 mai 2017. © Reuters Julian Assange, au balcon de l'ambassade d'Equateur à Londres, le 19 mai 2017. © Reuters

Le 19 juin 2012, Julian Assange se réfugie dans l’ambassade équatorienne de Londres. Hacker légendaire, il a réussi à révolutionner la presse en lançant la première plateforme de « leaks ». Sept ans plus tard, c’est un homme diminué physiquement et tombé en disgrâce qui ressort escorté de policiers. Il fait l’objet d’une demande d’extradition de la part des États-Unis où il est poursuivi pour « conspiration en vue d’une intrusion informatique ».

Sarah Harrison : « Le droit international doit protéger les lanceurs d'alerte»

Par
Sarah Harrison © Reuters Sarah Harrison © Reuters

Journaliste, conseillère juridique au sein de Wikileaks, Sarah Harrison s'est rendue à Hong Kong en juin 2013 pour aider Edward Snowden dans sa fuite, puis dans son exil forcé dans la zone de transit d'un aéroport de Moscou. Pour Mediapart, elle revient sur cet épisode, le sort depuis réservé à Edward Snowden, l’attitude de la France, le traitement médiatique des révélations…