Les opposants de Hong Kong luttent aussi contre le virus de la démobilisation

Par

La crise du coronavirus a fourni au camp antigouvernemental l’occasion de prouver sa résistance. Si les manifestations de rues massives sont en sommeil, la contestation se poursuit, sous d’autres formes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Hong Kong (Chine), correspondance –. « Je n’ai pas peur des nuits froides, mais j’ai peur que notre enthousiasme s’estompe dans la froide lumière du jour », dit une pancarte au pied d'un manifestant vêtu de noir, visage caché derrière un masque à gaz. Il est seul, silencieux et planté sur un trottoir avec un drapeau « Hong Kong, révolution de notre temps ». Cette silhouette isolée, loin des foules monstres qui ont battu le pavé des mois durant dans la région semi-autonome du sud de la Chine, résume les interrogations au sein du mouvement : résistera-t-il aux semaines de pause imposées par le virus ?