Les conservateurs bavarois hésitent à renverser Merkel

Par

Chancelière affaiblie, elle joue son avenir politique lors du conseil européen. Les négociations avec les partenaires de sa coalition sur la politique migratoire se sont intensifiées toute la semaine. Dimanche, la CSU appuiera peut-être sur le « bouton nucléaire ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Berlin (Allemagne), de notre correspondant.– Angela Merkel joue son avenir politique lors du sommet européen qui s’ouvre ce jeudi 28 juin à Bruxelles. Face au chantage des courants ultraconservateurs et de la droite bavaroise, qui veulent imposer sans délai une politique migratoire « zéro tolérance », la chancelière allemande doit répondre à un double défi. Celui de remettre l’Union européenne sur la voie d’une politique migratoire commune, tout en trouvant une solution apte à satisfaire ses « alliés » bavarois récalcitrants (CSU) et traumatisés par les dernières élections générales, celles de septembre 2017.