Les Autrichiens votent de nouveau, après le scandale visant l’extrême droite

Par Vianey Lorin

Les Autrichiens sont appelés aux urnes dimanche pour des élections législatives anticipées. Une conséquence du scandale de corruption de l’Ibizagate qui a provoqué la chute de l’alliance entre conservateurs et extrême droite. Grand favori, l’ex-chancelier fait campagne sans se prononcer sur un éventuel partenaire de coalition.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vienne (Autriche), correspondance.– « Arriver premier n’est pas suffisant ! », voilà le message que Sebastian Kurz, chef du parti conservateur autrichien (ÖVP) et ex-chancelier, candidat à sa propre succession, est venu délivrer devant plusieurs centaines de sympathisants à Baden, petite ville thermale située à quelques dizaines de kilomètres au sud de Vienne. Celui que les médias et les sondages présentent déjà comme le grand vainqueur des élections législatives, organisées ce dimanche, agite la menace d’une coalition entre les sociaux-démocrates, les Verts et le parti libéral NEOS pour motiver ses troupes à continuer leurs efforts : « S’il vous plaît, ne soyons pas trop sûrs de nous. […] Je vous le garantis, s’il y a une majorité contre nous, alors cette majorité sera mise en œuvre. »