Kim Il-sung, Grand Menteur

Par
La journaliste américaine Barbara Demick propose une fabuleuse enquête, Vies ordinaires en Corée du Nord (éd. Albin Michel, en librairie le 4 novembre), alors que ce pays vient de régler la succession du subclaquant Kim Jong-il. Nous en profitons pour vous proposer un feuilleton, qui mène au cœur de cet enfer terrestre dirigé par des furieux de père en fils...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nous avons laissé, dans l'épisode précédent, Kim Jong-il, l'actuel tyran mal en point de Pyongyang, avec son père, Kim Il-sung «Grand Leader» selon la terminologie officielle. Ils étaient représentés sur une fresque dont les nordistes ont le secret, devant le lac du mont Paektu, qui marque la frontière avec la Chine. Le mont Paektu, invoqué dans l'hymne national du Sud, est le point culminant d'une péninsule à réunifier un jour. C'est la montagne lumineuse par excellence, qui rappelle Tangun, fondateur légendaire de la Corée. De ce mont procède la conscience nationale. En découleraient les prétendues idées du fatras pseudo philosophique manié par le régime de Pyongyang en guise de doctrine (le «Juche»: prononcez «djoutché»). Sur les contreforts du mont Paektu, serait forcément né, le 16 février 1941, Kim Jong-il (il a en fait vu le jour en Sibérie où son père, grand combattant de l'arrière, prétendait mener la guerre aux Japonais).