En Turquie, le parti HDP compte poursuivre sur sa lancée

Par

Les Turcs votent le 1er novembre pour élire leurs députés dans un climat de tension grandissant, plusieurs médias ayant été placés sous administration publique ces jours-ci. Les militants du HDP, parti hétéroclite de forces de gauche, restent mobilisés malgré les attentats et les attaques qui ont visés leurs locaux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Turquie, de notre correspondant.- « Si tu ris trop maintenant, tu vas pleurer plus tard. C’est ce qu’on dit aux enfants en Turquie. Le 7 juin, nous avons trop ri », raconte Görkem, jeune professeure de sociologie à Ankara, en évoquant sa joie après les résultats du scrutin législatif du mois de juin et l’élection de 80 députés du Parti démocratique des peuples (HDP). L’AKP, parti du président Recep Tayyip Erdogan, avec 40 % des voix et 258 sièges (sur 550), restait la première force politique du pays, mais perdait la majorité absolue. Le Parti républicain du peuple (CHP), avec 132 élus, se maintenait comme principal parti d’opposition tandis que le Parti d’action nationaliste (MHP) obtenait également 80 députés. Un équilibre qui aurait dû aboutir à un gouvernement de coalition.