Les adieux expéditifs de Cameron

Le premier ministre britannique a participé mardi à son dernier Conseil européen, où il a accusé les dirigeants européens d’être en partie responsables du Brexit. Paris et Berlin veulent que les négociations de sortie commencent au plus vite.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De nos envoyés spéciaux à Bruxelles.-  Ce devait être un sommet pour l’Histoire. Les chefs d’État et de gouvernement étaient réunis mardi, dans le bâtiment bruxellois du Conseil européen, pour leurs adieux au premier ministre britannique David Cameron. Mais il n’y eut ni larmes, ni coup de sang, ni esclandre apparent. Plutôt le spectacle fatigué de dirigeants menacés par le rejet de plus en plus profond de l’Europe parmi leurs concitoyens.