Dans la tête des terroristes néo-nazis

Par Nicolas Lebourg

Un rapport officiel américain de 2017 relevait que, depuis le 12 septembre 2001, 73 % des violences homicides extrémistes sur le sol américain étaient le fait d’extrémistes de droite. L’attentat antisémite de Pittsburgh s’inscrit dans une dynamique qui entre en résonance avec les tentations terroristes également présentes dans les extrêmes droites radicales européennes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La bannière du profil de Robert Bowers sur le réseau social Gab présentait l’expression « 1488 ». « 88 » renvoie deux fois à la huitième lettre de l’alphabet pour « Heil Hitler ». Le chiffe 14 a lui été sanctuarisé par les néo-nazis occidentaux, en référence à une phrase du néo-nazi américain David Lane comptant autant de mots : « Nous devons assurer l’existence de notre race et un futur pour les enfants blancs ». Lane était un suprémaciste blanc, décédé en prison après avoir participé à un assassinat antisémite de The Order, groupe terroriste fondé en 1983 par d’anciens membres de la National Alliance, qui elle-même avait participé à la campagne électorale de George Wallace, candidat raciste à la présidentielle de 1968 ayant rassemblé 13,5 % des suffrages.