La «bonne nouvelle» de la reprise de la chasse à la baleine

Par

En interrogeant Lamya Essemlali, la présidente de l'ONG de défense des océans Sea Shepherd, le magazine Les Inrocks prend le contre-pied de l'annonce de la reprise par les Japonais de la chasse à la baleine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Retour dans la légalité pour le Japon, dit en substance Lamya Essemlali, présidente de l'ONG de défense des océans Sea Shepherd. Le pays asiatique n'a jamais cessé de chasser les baleines mais conservait cependant une place au sein de la CBI (commission baleinière internationale), y bloquant de facto toute une série de projets, dont celui de sanctuaire en Atlantique Sud. En quittant l'institution, le Japon devrait perdre une bonne partie de son influence, ce qui est donc plutôt une bonne nouvelle pour les cétacés.