Venezuela: le président Maduro s'enferme dans l'autocratie

Par

Que reste-t-il de la démocratie au pays de la révolution bolivarienne ? Plus grand-chose… Le 30 mars, le Tribunal suprême de justice (TSJ) s'est octroyé les pouvoirs de l'Assemblée nationale, où l'opposition au gouvernement de Nicolas Maduro est majoritaire. Le Parlement a perdu le bras de fer engagé avec l'exécutif dès janvier 2016.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Tribunal suprême de justice (TSJ), c'est-à-dire la Cour suprême, a encore restreint la vie démocratique vénézuélienne. « Tant que l'Assemblée nationale sera hors la loi, les compétences parlementaires seront exercées directement par la chambre constitutionnelle », a décidé jeudi 30 mars le TSJ, proche du gouvernement chaviste. L'opposition qui avait remporté, pour la première fois en dix-sept ans, une large majorité des sièges en décembre 2015 (112 sièges sur 167), se retrouve ainsi paralysée. Elle ne pourra plus légiférer.