Italie: la Ligue du Nord soutient toujours Berlusconi

Par
Alors que s'ouvrait mardi 31 mai la deuxième audience du procès du «Rubygate», où le Cavaliere est poursuivi pour recours à la prostitution de mineure et abus de pouvoir, la droite italienne a subi lundi un revers historique à l'occasion du second tour des élections municipales partielles du pays. L'opposition réclame la démission du gouvernement et la presse nationale titre sur la fin de l'ère berlusconienne. Mais malgré la défaite, la Ligue du Nord renouvelle son soutien au président du Conseil.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Nous avons libéré Milan, nous devons maintenant la reconstruire ensemble», lançait lundi 30 mai, devant une foule en liesse, le nouveau maire de la capitale économique italienne, Giuliano Pisapia, après l'annonce des résultats du second tour des élections municipales partielles du pays. Avec 55,10% des voix contre 44,89% à la maire sortante Letizia Moratti, candidate du Peuple de la liberté (PDL), ce proche de la Refondation communiste, soutenu par toute la gauche et une partie de l'électorat modéré, a fait tomber le fief électoral de Silvio Berlusconi, dominé par la droite depuis 1993.