Etats-Unis: les surprises d’octobre qui n’en sont pas

Par

Dans la dramaturgie de la course à la Maison Blanche, un événement inattendu survient toujours au mois d’octobre. 2016 ne fait pas exception. Mais la « surprise d’octobre » ne modifie jamais la tendance du scrutin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les années électorales américaines, comme les films hollywoodiens, les polars de John Grisham ou les comédies musicales de Broadway, obéissent à une dramaturgie bien calibrée. Il y a d’abord les primaires de janvier à juin, leur lutte au couteau entre vieux politiciens matois et jeunes pousses ambitieuses, l’écrémage des candidats façon supplice chinois. Puis il y a les conventions en juillet ou en août, grandes affaires festives qui permettent au public de se familiariser avec les programmes et la personnalité des finalistes. Enfin, ce sont les débats télévisés en septembre et octobre, duels mano a mano qui se préparent et se déroulent comme des joutes romaines, avec le pouce dressé ou tendu vers le bas de la caste politico-médiatique.