Partis pris

  • Retraites: la désastreuse stratégie du saut dans le vide

    Par
    Le 10 janvier, à Matignon. © Reuters Le 10 janvier, à Matignon. © Reuters

    Depuis deux ans, l’exécutif entretient une stratégie du flou sur une réforme qui va toucher plus de 45 millions de personnes. Comment le nouveau régime se mettra-t-il en place ? Il est demandé aux Français d’accepter la réforme sans connaître précisément ses mécanismes les plus cruciaux. 

  • Le ministre de la culture en muet du sérail

    Par

    Franck Riester incarne la vacuité dans une France sur les nerfs. Les forces de l’esprit et le pouvoir de l’imaginaire ont déserté, au profit d’un représentant de commerce qui se fait porter pâle. Fâcheux.

  • Le président et le suspect

    Par
    Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy, en mars 2019, sur le plateau des Glières. © Ludovic Marin/Pool/AFP Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy, en mars 2019, sur le plateau des Glières. © Ludovic Marin/Pool/AFP

    Imagine-t-on un homme suspecté de braquages, de vols à la tire ou d’agressions sexuelles se voir confier le privilège de représenter la France à l’étranger ? Non. Et pourtant : un homme suspecté de corruption, de trafic d’influence ou du financement illicite de campagnes présidentielles, lui, le peut. Il s’agit de Nicolas Sarkozy. Grâce à Emmanuel Macron.

  • Haïti: l’urgence d’une enquête internationale

    Par
    En 2011, un camp de sans-abri sur le golf de Pétion-Ville. © Reuters En 2011, un camp de sans-abri sur le golf de Pétion-Ville. © Reuters

    Depuis dix ans, ce qui est la plus grande opération de reconstruction d’un pays, Haïti, donne lieu à une corruption massive. Toute une chaîne d’acteurs, de l’ONU aux ONG en passant par le pouvoir haïtien, a organisé le scandale et en profite. Seule une enquête sous l’égide de l’ONU peut répondre à la question : où sont passés les milliards de dollars ? Les Nations unies ont tant à se faire pardonner.

  • Combattre maintenant une présidence hypertrophiée

    Par
    Le cortège féministe de la manifestation parisienne, le 9 janvier. © Noemie Coissac / Hans Lucas Le cortège féministe de la manifestation parisienne, le 9 janvier. © Noemie Coissac / Hans Lucas

    Macron l’avait dit : il ne voulait pas d’une « présidence normale ». Il l’a fait : depuis son élection, l’accumulation de graves conflits sociaux montre les dangers d’un exercice du pouvoir sans limites. La journée de samedi peut être un tournant.

  • Tout arrêter pour les arrêter

    Par
    img-9530

    Prolongeant le mouvement des « gilets jaunes », la mobilisation contre la réforme des retraites porte un enjeu politique qui va au-delà de ses revendications sociales : la victoire ou la défaite d’un libéralisme autoritaire associant État policier, démocratie faible et marché sauvage.

  • La guerre qui vient

    Par
    Donald Trump et Emmanuel Macron. © Reuters Donald Trump et Emmanuel Macron. © Reuters

    Exécuté sur ordre de Donald Trump, l’assassinat du général Qassem Soleimani, haut dirigeant militaire iranien, est un pas de plus vers l’abîme guerrier. Si l’avenir n’est jamais écrit, comment ne pas voir que la puissance américaine met en péril le monde par son comportement d’État voyou, piétinant le droit international ? La France s’honorerait à le dire haut et fort.

  • Paris-Dakar: le rallye s’ensable dans la propagande

    Par
    Préparatifs du Paris-Dakar en Arabie saoudite, le 2 janvier 2020. © REUTERS Préparatifs du Paris-Dakar en Arabie saoudite, le 2 janvier 2020. © REUTERS

    Derrière le tintamarre médiatique planétaire du rallye des sables se cache une opération de communication du royaume saoudien destinée à faire oublier la vraie nature – despotique, intégriste et brutale – du régime, et l’ampleur de ses crimes.

  • Procès des assassins de Khashoggi: le honteux silence de la France

    Par

    Qualifié de « parodie » de justice par la rapporteuse spéciale des Nations unies sur les exécutions sommaires, le procès qui vient de s’achever à Riyad a débouché sur la condamnation à mort des hommes de main et la proclamation de l’innocence des commanditaires et des stratèges. Un verdict qui n’a pas empêché Paris de livrer, le même jour, trois navires de guerre à l’Arabie saoudite.

  • Natixis: une pluie de sanctions, sans le moindre effet!

    Par
     © Reuters © Reuters

    Si les mauvais conducteurs s’exposent à un retrait de permis, les banquiers qui ne respectent pas la loi ne sont, eux, jamais sanctionnés, sauf par des amendes dont ils se moquent, car elles ne sont pas puisées dans leur poche. Sans cesse sanctionnée, la banque Natixis en est l’illustration caricaturale. L’établissement apporte la preuve que la régulation est totalement défaillante.