Partis pris

  • Nouvelle-Calédonie : la faute d’Emmanuel Macron

    Par
    Emmanuel Macron sur l’île d’Ouvéa, le 5 mai 2018. © Photo Ludovic Marin / AFP Emmanuel Macron sur l’île d’Ouvéa, le 5 mai 2018. © Photo Ludovic Marin / AFP

    En maintenant le troisième référendum d’autodétermination le 12 décembre, malgré la crise sanitaire et politique qui frappe l’archipel, le président de la République déchire un contrat signé il y a trente ans. Le processus de décolonisation va se conclure en l’absence du peuple colonisé. Une aberration politique aux lendemains dangereux.

  • Les leçons de l’affaire Nicolas Hulot

    Par
    Nicolas Hulot lors de la cérémonie de passation de pouvoir au ministère de l'Écologie, à Paris, le 4 septembre 2018. © Photo Philippe Lopez / AFP Nicolas Hulot lors de la cérémonie de passation de pouvoir au ministère de l'Écologie, à Paris, le 4 septembre 2018. © Photo Philippe Lopez / AFP

    Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.

  • Pour quelques Rafale de plus, Paris couvre la dictature égyptienne

    Par
    Le ministre français de la défense, Jean-Yves Le Drian, et le ministre égyptien de la défense, le général Sedki Sobhi, signent des contrats militaires en présence du président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, le 16 février 2015 au Caire. © Photo Khaled Desouki / AFP Le ministre français de la défense, Jean-Yves Le Drian, et le ministre égyptien de la défense, le général Sedki Sobhi, signent des contrats militaires en présence du président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, le 16 février 2015 au Caire. © Photo Khaled Desouki / AFP

    En juillet 2015, l’Égypte a conclu avec la France un accord de coopération qui lui permettait de disposer d’un avion espion français et de son équipage pour lutter contre le terrorisme. En réalité, cette aide a été utilisée par la dictature pour liquider des réseaux de contrebandiers. C’est-à-dire pour tuer de nombreux civils.

  • Exilés morts dans la Manche : le naufrage de la France

    Par
    La bateau de sauvetage rapatriant le corps des exilés naufragés, à Calais, le 24 novembre. © François Lo Presti / AFP La bateau de sauvetage rapatriant le corps des exilés naufragés, à Calais, le 24 novembre. © François Lo Presti / AFP

    Au moins vingt-sept personnes ont trouvé la mort dans le naufrage de leur embarcation dans la Manche mercredi 24 novembre, alors qu’elles tentaient de rejoindre la Grande-Bretagne. Les autorités françaises ont aussitôt répondu par des promesses de mesures répressives, alors que celles-ci sont précisément, pour partie tout du moins, à l’origine de la décision des exilés de quitter la France au péril de leur vie.

  • Les journalistes face à l’extrême droite : les déplorables effets du laisser-faire macroniste

    Par et
    Éric Zemmour se saisit d’un fusil d’assaut et le pointe sur les journalistes présents lors de sa visite du salon Milipol, le 20 octobre 2021. © Capture d’écran Twitter Lucas Burel Éric Zemmour se saisit d’un fusil d’assaut et le pointe sur les journalistes présents lors de sa visite du salon Milipol, le 20 octobre 2021. © Capture d’écran Twitter Lucas Burel

    Les attaques subies par des journalistes, dont l’une des nôtres, de la part de sympathisants d’extrême droite sont intolérables. Le chef de l’État, tout à sa préoccupation d’être réélu, doit prendre la mesure du danger qui nous guette à quelques mois de la présidentielle.

  • Lanceurs d’alerte : l’Assemblée en passe de voter une loi progressiste

    Par
     © JOHN THYS / AFP © JOHN THYS / AFP

    Alors que les libertés publiques ne cessent d’être malmenées en France, la commission des lois à l’Assemblée nationale a entériné la proposition de loi la plus progressiste d’Europe en matière de protection des lanceurs d’alerte. Même si des amendements importants ont été rejetés, cette victoire est à mettre au crédit de la coalition autour de la Maison des lanceurs d’alerte, un outil démocratique atypique dans un paysage politique délétère.

  • Macron en campagne d’autopromotion

    Par
    Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée, le 9 novembre. © Sébastien Calvet/Mediapart Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée, le 9 novembre. © Sébastien Calvet/Mediapart

    Sous prétexte de parler de la crise sanitaire, le président de la République s’est offert trente minutes de monologue de campagne. Il y a défendu l’essentiel de ses réformes et esquissé quelques pistes programmatiques, dans la perspective d’une réélection bien à droite en 2022.

  • La Terre n’est pas une énergie renouvelable

    Par
    La mine de charbon de Garzweiler, dans l'ouest de l'Allemagne, le 28 juillet 2020. © Photo Ina Fassbender / AFP La mine de charbon de Garzweiler, dans l'ouest de l'Allemagne, le 28 juillet 2020. © Photo Ina Fassbender / AFP

    Il n’y a pas d’un côté les bonnes énergies vertes et de l’autre les méchantes machines carbonées, mais un questionnement essentiel, puisque la quête continue de l’abondance n’est plus possible : comment habiter notre planète sans creuser la tombe de celles et ceux qui y vivent ?

  • Présidentielle : un débat politique en perdition

    Par
    Emmanuel Macron, le 27 octobre. © Michel Euler/Pool/AFP Emmanuel Macron, le 27 octobre. © Michel Euler/Pool/AFP

    Des propositions d’Arnaud Montebourg sur l’immigration aux contorsions de la droite LR face à Éric Zemmour, en passant par les caricatures de certains ministres, le confusionnisme a kidnappé la campagne présidentielle. Emmanuel Macron laisse faire, dans l’espoir d’une réélection.

  • Concert d’hypocrisies autour de la concentration des médias

    Par
    Lors de la manifestation des personnels d'Europe 1 contre la mainmise de Vincent Bolloré, le 30 juin 2021 à Paris. © Alain JOCARD / AFP Lors de la manifestation des personnels d'Europe 1 contre la mainmise de Vincent Bolloré, le 30 juin 2021 à Paris. © Alain JOCARD / AFP

    L’immense empire de presse que Vincent Bolloré constitue et qu’il met au service d’une candidature d’extrême droite souligne l’intense danger auquel conduit une concentration toujours plus accentuée des médias. Le débat autour des critères anticoncentration s’en trouve relancé.