Partis pris

  • Paris-Dakar: le rallye s’ensable dans la propagande

    Par
    Préparatifs du Paris-Dakar en Arabie saoudite, le 2 janvier 2020. © REUTERS Préparatifs du Paris-Dakar en Arabie saoudite, le 2 janvier 2020. © REUTERS

    Derrière le tintamarre médiatique planétaire du rallye des sables se cache une opération de communication du royaume saoudien destinée à faire oublier la vraie nature – despotique, intégriste et brutale – du régime, et l’ampleur de ses crimes.

  • Procès des assassins de Khashoggi: le honteux silence de la France

    Par

    Qualifié de « parodie » de justice par la rapporteuse spéciale des Nations unies sur les exécutions sommaires, le procès qui vient de s’achever à Riyad a débouché sur la condamnation à mort des hommes de main et la proclamation de l’innocence des commanditaires et des stratèges. Un verdict qui n’a pas empêché Paris de livrer, le même jour, trois navires de guerre à l’Arabie saoudite.

  • Natixis: une pluie de sanctions, sans le moindre effet!

    Par
     © Reuters © Reuters

    Si les mauvais conducteurs s’exposent à un retrait de permis, les banquiers qui ne respectent pas la loi ne sont, eux, jamais sanctionnés, sauf par des amendes dont ils se moquent, car elles ne sont pas puisées dans leur poche. Sans cesse sanctionnée, la banque Natixis en est l’illustration caricaturale. L’établissement apporte la preuve que la régulation est totalement défaillante.

  • SNCF: un nouvel état-major pour préparer la privatisation

    Par
    Le président de la SNCF Jean-Pierre Farandou discute avec le ministre des transports Jean-Baptiste Djebbari, à Asnières-sur-Seine, le 27 novembre 2019. © REUTERS/Benoit Tessier Le président de la SNCF Jean-Pierre Farandou discute avec le ministre des transports Jean-Baptiste Djebbari, à Asnières-sur-Seine, le 27 novembre 2019. © REUTERS/Benoit Tessier
    1. Le président de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, explique ce mardi aux grévistes qu’il n’y a plus « rien » à négocier. La veille, il a procédé à deux nominations donnant à la réorganisation de l’entreprise publique des allures de provocation. Les deux promus viennent de la finance et auront pour mission de préparer une privatisation à la découpe déjà engagée.
  • Retraites: Delevoye démissionne du gouvernement

    Par

    Après avoir été contraint de revoir sa déclaration d’intérêts, reconnaissant 13 mandats, le haut-commissaire aux retraites Jean-Claude Delevoye a décidé de partir « de sa propre initiative », selon l’Élysée. Sa position était devenue intenable en plein mouvement de contestation de la réforme voulue par le gouvernement.

  • L’inadmissible maintien en poste de Jean-Paul Delevoye

    Par
     © Reuters © Reuters

    Après une semaine de révélations, Jean-Paul Delevoye a rendu publique samedi une nouvelle version de sa déclaration d’intérêts. Le ministre chargé de la réforme des retraites reconnaît désormais 13 mandats. Il a aussi révisé à la hausse les revenus qu’il avait déclarés. Jusqu’à quand le gouvernement va-t-il accepter de couvrir une illégalité pouvant donner lieu à des poursuites pénales ? Sa volonté de maintenir Jean-Paul Delevoye en poste est intenable.

  • La chienlit, c’est eux!

    Par
    Les têtes de l'exécutif © Reuters Les têtes de l'exécutif © Reuters

    Un pays bloqué, un désordre général, une société une fois de plus violentée. Depuis l’été 2017, ce pouvoir est l’organisateur d’incessants troubles à l’ordre public. Sourd aux compromis comme aux demandes sociales, il impose par les violences policières et avec le soutien d’une majorité godillot un projet néolibéral. Jusqu’à quand ?

  • La force et les handicaps du mouvement social

    Par
    Paris, manifestation contre le projet de réforme des retraites, le 5 décembre 2019. © Rachida El Azzouzi Paris, manifestation contre le projet de réforme des retraites, le 5 décembre 2019. © Rachida El Azzouzi

    Craignant la colère du pays, l’Élysée et Matignon multiplient les réunions pour évaluer les rapports de force. Face à la rue, le pouvoir n'entend pas céder. Son entêtement soulève une question majeure : à quelles conditions le mouvement social peut-il gagner ?

  • Radio France: Sibyle Veil en guerre contre le service public

    Par

    Proche d’Emmanuel Macron, Sibyle Veil cherche à imposer un plan de suppression de 299 emplois à Radio France. La PDG récolte en retour une grève massive. Mediapart publie les notes de la direction qui indignent tous les personnels.

  • Comme un petit air de Front populaire!

    Par
    tout-est-possible

    À la veille du 5 décembre, il faut se souvenir d’un des enseignements du Front populaire : c’est la vitalité de la société qui, en 1934, a fait échec à l’extrême droite et qui, en 1936, a bousculé l’inertie des dirigeants de la gauche. Dans cette quête, les voix de Simone Weil ou de George Orwell peuvent servir de guides.