« After work », le travail en mutation

Par Tënk & Mediapart

Dans une banlieue industrielle, deux usines se font face : une ancienne papeterie réhabilitée en espace de coworking et une forge d’aluminium à l’agonie. Deux espaces aux lumières et aux bruits si différents, deux visions de l’avenir, deux mondes.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Depuis cinq ans, Mediapart, en partenariat avec la plateforme du documentaire d’auteur Tënk, vous propose chaque semaine un film intégral à voir sur notre site pendant un mois. Des films peu ou pas vus à la télévision, dont la diffusion est souvent confidentielle mais qui, par le regard et le parti pris de leurs auteurs, sont souvent d’intenses moments d’émotion. Pour marquer cet anniversaire et à l’occasion des États généraux du film documentaire qui se tiennent du 22 au 28 août à Lussas (dont Tënk est une émanation), ce n’est pas un mais trois documentaires qui vous sont proposés aujourd’hui (à voir aussi ici et )

***

Deux phrases se font écho dans ce film. Dans l’open space de l’ex-papeterie, une personne martèle qu’« en 2035 », « la moitié des travailleurs européens seront indépendants ». Dans la fonderie d’aluminum qui se cherche un avenir, un ouvrier prévient : « L'intérêt, il n'est pas personnel. Il est collectif. » Il suffit de traverser la rue pour être dans l’un ou l’autre de ces deux univers. Un bout de territoire que la réalisatrice Julia Pinget a scruté patiemment pendant des mois, un carrefour qui est celui du travail au XXIe siècle. 

extrait de « After work » © Julia Pinget
After Work. France. 2020. 60 min // Auteure & réalisatrice : Julia Pinget // Image : Julia Pinget // Son : Pierre-Alexandre Cavé // Montage : Aurélie Jourdan // Musique originale : Jocelyn Robert // Production & diffusion : La Société des Apaches, Tënk

Ci-dessous, un entretien avec la réalisatrice Julia Pinget, réalisé par Eva Tourrent de Tënk lors des États généraux du film documentaire de 2020 :

À voir en ce moment sur Tënk :  

logo-noir-2

Tënk est un site de vidéos sur abonnement (6 euros par mois, 60 euros par an) lancé à l’été 2016 et qui propose sept nouveaux documentaires par semaine, organisés par plages thématiques : écologie, politique, arts, grands entretiens, festivals, coups de cœur, films d’écoles, docs monde… Plus de détails avec l’interview d’un de ses initiateurs, Jean-Marie Barbe.

Déjà diffusés sur Mediapart dans le cadre de ce partenariat :

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous