Portfolios

Fukushima (3/7): la vie sans les hommes

11 photos

Troisième volet du reportage d'Antonio Pagnotta dans la zone interdite autour de Fukushima. Dans un rayon de vingt kilomètres autour de la centrale, les populations ont été évacuées. Mais des animaux restent. (Voir les deux précendents portfolios ici et là)

Antonio Pagnotta

18 juillet 2012 à 09h01

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

  1. © Antonio Pagnotta

    14 février 2012. Au temple Ooji, les cloisons en papier n'ont pas résisté au tremblement de terre. Elles sont fissurées.

  2. © Antonio Pagnotta

    14 février 2012. Le temple Ooji lentement détruit par les répliques du séisme. 

     

  3. © Antonio Pagnotta

    14 février 2012. L'entrée dans la zone interdite est limitée à quelques heures. Pour pouvoir travailler, Antonio Pagnotta a fait de multiples incursions clandestines.

  4. © Antonio Pagnotta

    16 février 2012. Tout est resté en l'état, depuis onze mois. Et restera ainsi sans doute des années.

     

  5. © Antonio Pagnotta

    14 février 2012. Les villes, les champs et les routes sont abandonnés à la nature. Et malgré les patrouilles de police, des pillages et cambriolages ont eu lieu.

  6. © Antonio Pagnotta

    14 février 2012. Le tsunami a charrié des tonnes de débris.

  7. © Antonio Pagnotta

    14 février 2012. Le séisme et le tsunami auront fait 20 000 morts et disparus.

  8. © Antonio Pagnotta

    14 février 2012. En fuyant, les habitants ont tout abandonné. Pourtant, certains viennent régulièrement récupérer leur appareils ménagers, même s'ils sont contaminés par la radioactivité. 

  9. © Antonio Pagnotta

    4 juin 2011. Dans la zone, les troupeaux de vaches enfermées dans leurs minuscules enclos ont lentement agonisé et les étables sont devenues des charniers de carcasses en putréfaction où des escadrons de corbeaux festoient. 

  10. © Antonio Pagnotta

    12 février 2012. Avant la catastrophe, il y avait ici quelque 3 400 vaches, 31 500 cochons et 630 000 poules. Ici, une vache survivante cherche de la nourriture dans un garage.

  11. © Antonio Pagnotta

    9 février 2012. Dans la ferme de Matsumura Naoto (voir portfolio 2), ce sanglier vient d'entrer et s'attaque au chien.


Nos derniers portfolios

Portfolio — 19 photos
par Laurent Carre et Jeanne Frank
Portfolio — 19 photos
par Isabelle Eshraghi
Portfolio — 20 photos
par Photos : Sadak Souici / Agence Le Pictorium | Textes : Théophile Simon
Portfolio — 14 photos
par Édouard Bride (Photos) et Nicolas Montard (Textes)

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint