Le retour impossible des réfugiés syriens du Liban

8 photos

Alors que la conférence dite de Genève IV va relancer dans quelques jours les pourparlers sur l'avenir de la Syrie, que pensent les centaines de milliers de réfugiés syriens au Liban du processus diplomatique mis en œuvre après les victoires engrangées par le régime Assad et ses alliés libanais, russes et iraniens ? Envisagent-ils un retour au pays après avoir passé des mois, voire des années dans des tentes de fortune ? Portraits de familles abritées dans la plaine de la Bekaa, au Liban, à quelques encablures de la frontière syrienne, située juste de l’autre côté de la chaîne montagneuse et enneigée de l’Anti-Liban.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Amélie Poinssot

    Malaak, dont le prénom signifie « ange », a 18 ans. Elle a donné à son fils âgé d’un an le prénom d’Amjad, ce qui veut dire « les gloires ». Ses parents avaient peur pour elle et l’ont donc mariée, à l’âge de 16 ans, à un ouvrier syrien vivant au Liban. Il est venu se fiancer avec elle à Homs, avant de repartir avec elle jusqu’au camp de la Bekaa où elle vit depuis trois ans. « Je parle tous les jours à mes parents restés en Syrie sur Whatsapp. Ils sont entre la vie et la mort. Ils mangent des feuilles d’arbre et des animaux sauvages pour survivre. Mon père et mon frère n’osent plus sortir de chez eux. Ils risquent de se faire soit arrêter, soit enrôler. » A-t-elle un espoir de retour à la suite de la conférence tenue à Astana entre les forces du régime et de nombreux groupes rebelles, sous le parrainage de la Turquie, de l’Iran et de la Russie ? « Non, absolument pas. On a tellement cru que cette guerre allait prendre fin ; on a tellement espéré qu’elle prenne fin. Mais, à chaque fois, nos espoirs ont été douchés par de nouveaux massacres et de nouveaux bombardements. » La situation militaire, avec les victoires engrangées par les forces supplétives du régime sur les principaux groupes rebelles, peut-elle devenir davantage sécurisée sans être pour autant pacifiée ? « On peut obtenir un accord de paix, juge Malaak, mais on n’obtiendra jamais la sécurité, parce que le régime aura toujours la possibilité de se venger. »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 15 photos
par Patrick Artinian
Portfolio — 20 photos
par Gabriel Gauffre et Sadak Souici / Agence Le Pictorium
Portfolio — 13 photos
par Rachida El Azzouzi

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal — France
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre