Militer autrement. François, ses petites et grandes victoires pour les mal-logés

Par

Suite de notre série sur les militants qui n'ont pas choisi les partis politiques pour lutter contre un système ou simplement mener une action citoyenne. Aujourd'hui, François Piquemal, 30 ans, professeur d'histoire-géographie en lycée professionnel à Toulouse. Il a décidé cette année de travailler à mi-temps pour militer au sein de l'association Droit au logement. À ses yeux, la classe moyenne en France s'est trop déconnectée des classes populaires et à travers ce combat, il veut prouver aux plus démunis que collectivement « on peut gagner » et « préserver les droits qui existent en France ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Toulouse, 18 avril 2016. François Piquemal au siège du Droit au logement (DAL) : « Une des premières injustices dont j’ai été témoin enfant était liée au mal-logement. C’était un SDF qui criait dans la rue et ça m’avait heurté et bouleversé. Dans tout engagement, il y a une part d’intime. »

Voir tous les portfolios