Faïza Zerouala

Journaliste. Diplômée de l'Institut pratique du journalisme (IPJ Paris-Dauphine), j'ai travaillé au Bondy blog et au Monde, entre autres. J'ai aussi écrit un livre, "Des voix derrière le voile" (Premier parallèle, 2015). J'ai rejoint Mediapart en décembre 2015 pour traiter des questions d'éducation. Vous pouvez m'écrire à faiza.zerouala@mediapart.fr. 

Consulter ici ma déclaration d'intérêts.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Le Conseil supérieur des programmes est encore miné par des conflits

    Par

    Le Conseil supérieur des programmes traverse une phase de turbulences. Alors que de nouveaux contenus éducatifs doivent être validés pour la rentrée, trois de ses membres contestent des propos de sa présidente Souâd Ayada. En toile de fond s’expriment des clivages éducatifs plus profonds. 

  • Jean-Michel Blanquer imprime sa marque sur les programmes scolaires

    Par

    Le Conseil supérieur des programmes propose d’« ajuster » et de « clarifier » les programmes en vigueur à l’école élémentaire et au collège, afin de s’aligner sur la politique du gouvernement. Les derniers programmes ont été mis en place par la mandature précédente. Les fondamentaux chers au ministre sont mis en avant, sans surprise.

  • Les opposants à Parcoursup rêvent d’une seconde manche

    Par
    Dans un défilé parisien, le 9 avril 2018. © Reuters Dans un défilé parisien, le 9 avril 2018. © Reuters

    Les vacances universitaires ont débuté, les partiels sont achevés, de futurs bacheliers attendent toujours une affectation. La mobilisation étudiante du printemps contre Parcoursup et la loi Orientation et réussite des étudiants s’est éteinte, mais les motifs d’insatisfaction sont plus que jamais présents. Les opposants à la loi espèrent que le mouvement reparte à la rentrée.

  • Laïcité à l’école: les incidents sont marginaux, mais les enseignants s’inquiètent

    Par
    Emmanuel Macron et Jean-Michel Blanquer dans une école parisienne, en mars 2018. © Reuters Emmanuel Macron et Jean-Michel Blanquer dans une école parisienne, en mars 2018. © Reuters

    Les atteintes à la laïcité à l’école se règlent le plus souvent par le dialogue : seuls 3 % des cas recensés posent problème. C’est ce qui ressort de l’étude publiée par le Comité national d’action laïque, et du colloque organisé à Paris. Les classes sont loin d’être minées par ces contestations, mais les enseignants restent inquiets et réclament plus de formation.

  • Christine Jarrige: «On se dirige vers la fin du service public de l’orientation scolaire»

    Par
    Mobilisation du Snes à Clermont-Ferrand le 3 mai © Snes / Twitter. Mobilisation du Snes à Clermont-Ferrand le 3 mai © Snes / Twitter.

    Les centres d’information et d’orientation sont menacés, selon les syndicats, par un article du projet de loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel », examiné cette semaine à l’Assemblée nationale. Cette réforme prévoit le transfert de leurs compétences aux régions. Christine Jarrige, conseillère d’orientation-psychologue en Seine-Saint-Denis et membre du collectif des psychologues du Snes-FSU, revient sur l’inquiétude de ses confrères.

  • Parcoursup ne réduit pas les inégalités mais les conforte

    Par
    Lycée Henri-IV. © DR Lycée Henri-IV. © DR

    Depuis la divulgation des premiers résultats de Parcoursup, des lycéens, enseignants et élus accusent le nouveau système de désavantager les candidats de banlieue, notamment sur la base des résultats des établissements au baccalauréat.

  • Jean-Michel Blanquer fait sa crise d’autorité

    Par
    Jean-Michel Blanquer © Reuters Jean-Michel Blanquer © Reuters

    Port de l'uniforme, laïcité et interdiction du téléphone portable : cette semaine, Jean-Michel Blanquer a rouvert des débats populaires. En se positionnant sur ces questions, le ministre de l'éducation nationale affiche son autorité et sa fermeté. Et détourne les regards des points de discorde comme Parcoursup. 

  • Parcoursup: les profs sont le réceptacle de la colère

    Par
    Des manifestants protestent contre la réforme de l'entrée à l'université, le 3 mai 2018. © Reuters Des manifestants protestent contre la réforme de l'entrée à l'université, le 3 mai 2018. © Reuters

    Près de quinze jours après la délivrance des premiers résultats, un tiers des candidats n’ont toujours pas d’affectation pour la rentrée prochaine. Dans les classes de terminale, à deux semaines du baccalauréat, les professeurs principaux deviennent les réceptacles de la colère et de l’inquiétude.

  • La réforme du lycée professionnel valorise surtout l’apprentissage

    Par

    Le ministre de l’éducation a présenté le 28 mai sa réforme de l’enseignement professionnel, sa « deuxième priorité » après le primaire. Il espère rendre cet enseignement plus lisible et attractif. Mais la volonté appuyée de rapprochement avec l’apprentissage fait craindre à plusieurs acteurs du secteur une transformation qui manque d’envergure.

  • Violences à la fac de Montpellier: le doyen et un professeur ciblés par l’enquête administrative

    Par et
    Rassemblement de soutien, le 23 mars à Montpellier, au lendemain de l'attaque violente. © Benjamin Téoule Rassemblement de soutien, le 23 mars à Montpellier, au lendemain de l'attaque violente. © Benjamin Téoule

    Une enquête administrative confirme la responsabilité « entière » du doyen et d’un professeur dans l’attaque, par un groupe d’hommes cagoulés, d’étudiants grévistes de la faculté de droit de Montpellier. Le rôle d’autres représentants de l’UFR dans les événements n’est en revanche pas évoqué. Et la dizaine de personnes masquées n’a toujours pas été identifiée.