Laurent Mauduit

Journaliste au Quotidien de Paris (1979), puis à l'Agence centrale de Presse (1979-1984), à La Tribune de l'économie (1984-1990). Chef du service économique de Libération (1991-1994) avant d'entrer au Monde, en charge de la politique économique française (1995-1999), puis rédacteur en chef du service Entreprises (1999-2003), directeur adjoint de la rédaction (2003-2005), éditorialiste (2006). Quitte Le Monde, en décembre 2006, en désaccord avec la politique éditoriale. Cofondateur de Mediapart. Auteur des ouvrages suivants:

 - Histoire secrète des dossiers noirs de la gauche (en collaboration), Éditions Alain Moreau, 1986

- La grande méprise (en collaboration), Grasset, 1996

- La gauche imaginaire et le nouveau capitalisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 1999

 - Voyage indiscret au cœur de l’État (en collaboration), Éditions Le Monde-Le Pré aux Clercs, 2000

 - Les stock-options (avec Philippe Jaffré), Grasset, 2002

- L’adieu au socialisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 2002

- Jacques le Petit, Stock, 2005

- Petits conseils, Stock, 2007

- Sous le Tapie, Stock, 2008

- Les 110 propositions, 1981-2011 - Manuel critique à l'usage des citoyens qui rêvent encore de changer la vie, Don Quichotte, 2011 (ouvrage collectif de la rédaction de Mediapart) 

- Les imposteurs de l'économie, Editions Gawsewitch, 2012 (Réédité en 2013 par les Editions Pocket, puis en 2016 en version numérique par les Éditions Don Quichotte)

- L'étrange capitulation, Editions Gawsewitch, 2013. Cet ouvrage a été réédité en version numérique en mars 2015 par les éditions Don Quichotte.

- Tapie, le scandale d'Etat, Stock, 2013 - Cette affaire a aussi donné lieu à un documentaire Tapie et la République - Autopsie d'un scandale d'Etat (70', Nova Production), que j'ai co-écrit avec le réalisateur Thomas Johnson et qui a été diffusé la première fois par France 5 le 31 mars 2015.

- A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient (Don Quichotte, 2014)

- Main basse sur l'information (Don Quichotte, 2016)

- La Caste. Enquête sur cette haute fonction publique qui a pris le pouvoir (La Découverte, septembre 2018).

- Prédations. Histoire des privatisations des biens publics,  (La Découverte, septembre 2020).

Contacts

Twitter
@LaurentMauduit

Tous ses articles

  • François Pérol triple son salaire

    France

    Pour faire taire les controverses que sa nomination avait suscitées et apporter la preuve qu'il acceptait cette mission de manière désintéressée, le patron de BPCE, François Pérol, a perçu en 2009 une rémunération brute annuelle de 550.000 euros pour la part fixe mais a renoncé à la part variable. Pour 2010, le conseil de surveillance de la banque a décidé mercredi que sa rémunération (parts fixe et variable) pourrait atteindre au maximum 1.650.000 euros, selon des informations obtenues par Mediapart. Les contribuables qui ont renfloué la banque risquent de ne guère apprécier.

  • France Télévisions: un scandale peut en cacher un autre

    Les dessous de la privatisation de la régie publicitaire de France Télévisions (6/6) — Enquête

    La privatisation de la régiepublicitaire de France Télévisions au profit de l'homme d'affaires StéphaneCourbit, allié pour la circonstance au groupe Publicis et conseillé par AlainMinc, apparaît de jour en jour plus opaque. Mediapart a déjà révélé les conflits d'intérêts d'Alain Minc dans ce dossier ou encore les documents confidentiels du conseil d'administration du groupe public faisant apparaître un prix de cession très enjolivé. Mais selon notre enquête, le groupe public pourrait, de surcroît, avoir violé la loi en ne procédant pas à un appel d'offres pour le renouvellement de son contrat de régie, le 31 juillet 2009, ce qui est impératif en cas d'ouverture de capital. Interrogée par Mediapart, la direction de France Télévisions conteste avoir dérogé à ses obligations. Ce pourrait être, toutefois, l'irrégularité de trop, ouvrant la porte à une cascade de recours devant la justice. Enquête.

  • Notre enquête sur France Télévisions: la justice donne raison à Mediapart

    Les dessous de la privatisation de la régie publicitaire de France Télévisions (5/6)

    Les sociétés France Télévisions et France Télévisions Publicité nous avaient assigné devant la justice, samedi 20 février. Elles demandaient le retrait immédiat des trois documents confidentiels mis en ligne, la veille, dans le cadre de notre enquête sur les conditions de la privatisation de la régie publicitaire de la télévision publique. La justice a donné raison à Mediapart. Le tribunal a jugé que cette demande «représenterait une restriction excessive et disproportionnée à la liberté d'informer». Il a en outre condamné les deux sociétés au paiement de 3.000 euros à Mediapart.

  • France Télévisions: les révélations de Mediapart

    Les dessous de la privatisation de la régie publicitaire de France Télévisions (4/6) — Enquête

    Nous avons décidé de publier des documents confidentiels, présentés au dernier conseil d'administration de France Télévisions, sur la privatisation de sa régie publicitaire. Documents qui montrent que cette opération est encore plus choquante qu'on ne le pensait. Proche de Nicolas Sarkozy, l'acquéreur, Stéphane Courbit, allié au groupe Publicis, va en effet débourser non pas les 16 millions d'euros annoncés officiellement mais une somme de 2,6 millions euros. Vendredi à 18 heures, France Télévisions et France Télévisions Publicité ont décidé de saisir le tribunal en référé, dans une procédure d'heure à heure, pour demander le retrait de ces trois documents. L'affaire a été plaidée samedi 20 février de 11 heures à 12 h 30 devant le tribunal de Paris. La décision devait être rendue en début d'après-midi.

  • Nouvelle vague xénophobe en Suisse (Courrier international)

    International — Lien

  • Merkel drague les écolos (Spiegel online)

    International — Lien

  • Ces sportifs candidats aux régionales (L'Express)

    France — Lien

  • Interdit de caricaturer son patron en Sarkozy! (Le Berry républicain)

    France — Lien

  • France Télévisions: l'autre affaire, intrigues pour une auto-privatisation

    Les dessous de la privatisation de la régie publicitaire de France Télévisions (3/6) — Enquête

    Après «l'affaire Minc», qui empoisonne le dossier de la privatisation de France Télévisions Publicité, Mediapart révèle les dessous de «l'affaire Santini». Le directeur général de la régie publicitaire de France Télévisions, Philippe Santini, a joué un rôle qui outrepasse celui dévolu en ce type de circonstance au patron d'une entreprise publique. Coups fourrés, prise d'otages, petites et grandes manœuvres, condamnation pour séquestration, conflit d'intérêts: c'est l'histoire de six années d'intrigues pour vendre au privé l'une des pépites de la télévision publique.

  • Alain Minc cumule conflit d'intérêts et mauvaise foi

    Les dessous de la privatisation de la régie publicitaire de France Télévisions (2/6) — Enquête

    Dans deux entretiens, Alain Minc et Stéphane Courbit ont démenti les informations de Mediapart sur la graveirrégularité qui marque la procédure de privatisation de la régie publicitairede France Télévisions. En chœur, ils ont contesté qu'Alain Minc soiten situation de grave conflit d'intérêts. Nous sommes pourtant en mesure derévéler que ces dénégations ne sont pas sincères.

  • Arnaud Montebourg: «Cette privatisation est du brigandage politique»

    France — Entretien

    Le socialiste Arnaud Montebourg dénonce le choix de Stéphane Courbit, ami de Nicolas Sarkozy et client d'Alain Minc, pour la privatisation de la régie publicitaire de France Télévisions. Dans un entretien vidéo, il parle de «brigandagepolitique» et évoque la possibilité d'unrecours devant le Conseil d'Etat.

  • Régie France Télévisions: une privatisation entachée d’une grave irrégularité

    Les dessous de la privatisation de la régie publicitaire de France Télévisions (1/6) — Enquête

    La procédure de privatisation de la régie publicitaire de France Télévisions est entachée d'une grave irrégularité. Selon notre enquête, Alain Minc, qui conseille le chef de l'Etat et dont l'implication dans ce dossier est connue, est aussi le conseil de Stéphane Courbit, qui a été choisi officiellement ce mercredi pour l'acquisition de ce bien public. M. Minc détient des actions gratuites du groupe de son client, Financière Lov, à hauteur de près de 3% du capital. Le groupe Lagardère demande, lui, le report de la privatisation. Enquête.

Tous ses billets de blogs

Les journalistes de Mediapart utilisent aussi leurs blogs, et participent en leurs noms à cet espace de débats, en y confiant coulisses d’enquêtes ou de reportage, doutes ou réactions personnelles à l’actualité.

Laurent Mauduit
Journaliste à Mediapart

152 Billets

5 Éditions

  • Échanges volcaniques de SMS avec Bernard Tapie

    Billet de blog

    Enquêtant pendant plus de 13 ans sur l’arbitrage frauduleux, j’ai échangé des centaines de SMS avec Bernard Tapie, pour respecter le contradictoire. Tantôt violents ou menaçants, tantôt moqueurs, ses messages en disent beaucoup sur le personnage volcanique et gouailleur qu’il était. Ils mettent aussi en lumière certaines des difficultés rencontrées par le journalisme d’investigation.

  • Le documentaire qui décrypte l’affaire Tapie

    Billet de blog

    En 2014-2015, j’avais coécrit avec Thomas Johnson pour France 5 et Public Sénat le documentaire « Tapie et la République – Autopsie d’un scandale d’État ». S’il ne prend pas en compte les avancées les plus récentes de la justice, le film décrypte les principaux ressorts de l’affaire Tapie, et les graves dysfonctionnements de notre démocratie qu’elle a mis en lumière.

  • Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat

    Billet de blog

    [Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).

  • Confrontations multiples autour des éoliennes de la baie de Saint-Brieuc

    Billet de blog

    Entretien vidéo sur Tébéo avec Hubert Coudurier, directeur de l'information du Télégramme, prochaines réunions à Saint-Brieuc et au port du Légué : le débat autour des éoliennes de la baie de Saint-Brieuc prend de l'ampleur.

  • Le mépris de Bruno Le Maire pour la déontologie de la fonction publique

    Billet de blog

    Signalement tardif au parquet de possibles irrégularités commises lors de la privatisation de GDF Suez en 2014 ; refus de rendre public des avis de la HATVP et de la direction juridique de Bercy : l’affaire Azéma fournit de nombreux indices attestant que le ministre ne se soucie guère de faire respecter la déontologie de la fonction publique par les hiérarques de Bercy. Mediapart saisit la CADA.