Laurent Mauduit

Journaliste au Quotidien de Paris (1979), puis à l'Agence centrale de Presse (1979-1984), à La Tribune de l'économie (1984-1990). Chef du service économique de Libération (1991-1994) avant d'entrer au Monde, en charge de la politique économique française (1995-1999), puis rédacteur en chef du service Entreprises (1999-2003), directeur adjoint de la rédaction (2003-2005), éditorialiste (2006). Quitte Le Monde, en décembre 2006, en désaccord avec la politique éditoriale. Cofondateur de Mediapart. Auteur des ouvrages suivants:

 - Histoire secrète des dossiers noirs de la gauche (en collaboration), Éditions Alain Moreau, 1986

- La grande méprise (en collaboration), Grasset, 1996

- La gauche imaginaire et le nouveau capitalisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 1999

 - Voyage indiscret au cœur de l’État (en collaboration), Éditions Le Monde-Le Pré aux Clercs, 2000

 - Les stock-options (avec Philippe Jaffré), Grasset, 2002

- L’adieu au socialisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 2002

- Jacques le Petit, Stock, 2005

- Petits conseils, Stock, 2007

- Sous le Tapie, Stock, 2008

- Les 110 propositions, 1981-2011 - Manuel critique à l'usage des citoyens qui rêvent encore de changer la vie, Don Quichotte, 2011 (ouvrage collectif de la rédaction de Mediapart) 

- Les imposteurs de l'économie, Editions Gawsewitch, 2012 (Réédité en 2013 par les Editions Pocket)

- L'étrange capitulation, Editions Gawsewitch, 2013. Cet ouvrage a été réédité en version numérique en mars 2015 par les éditions Don Quichotte.

- Tapie, le scandale d'Etat, Stock, 2013 - Cette affaire a aussi donné lieu à un documentaire Tapie et la République - Autopsie d'un scandale d'Etat (70', Nova Production), que j'ai co-écrit avec le réalisateur Thomas Johnson et qui a été diffusé la première fois par France 5 le 31 mars 2015.

- A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient (Don Quichotte, 2014)

- Main basse sur l'information (Don Quichotte, 2016)

- La Caste. Enquête sur cette haute fonction publique qui a pris le pouvoir (La Découverte, septembre 2018).

Consulter ici ma déclaration d'intérêts

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • L’information entravée, la démocratie entachée

    Par

    Emmanuel Macron veut placer l’information sous contrôle. Avec la réforme du secret des affaires et celle sur les « fake news », il organise le détricotage de la grande loi progressiste de 1881 garantissant la liberté de la presse. Il veut en outre placer l’audiovisuel public sous tutelle renforcée, le parti majoritaire LREM allant même jusqu'à dénoncer les « pseudo-révélations » de Radio France.

  • A Bercy, des témoins contredisent la version d'Alexis Kohler

    Par et
    Alexis Kohler et Emmanuel Macron à l'Elysée, en mai 2017. © Reuters Alexis Kohler et Emmanuel Macron à l'Elysée, en mai 2017. © Reuters

    Jamais ils n’ont été avertis des liens familiaux du secrétaire général de l’Élysée avec MSC, jamais ils n’ont su qu’il s’était déporté sur le sujet, témoignent auprès de Mediapart de hauts fonctionnaires de Bercy. Ignorant tout de sa situation, ils lui ont adressé sans précaution toutes les notes. Et elles ont été nombreuses. Des perquisitions ont été menées mercredi à Bercy, notamment dans les bureaux de la commission de déontologie. 

  • La distribution de la presse sous la coupe des puissances d’argent

    Par
    La vidéo est accessible en page intérieure La vidéo est accessible en page intérieure

    L’historien Jean-Yves Mollier explique comment, à la Libération, les puissances d’argent ont perverti le projet de création d’un service public de la distribution de la presse.

  • Macron veut dynamiter les retraites par répartition

    Par

    Haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye révèle la philosophie du projet de loi qui verra le jour en 2019. Il s’agira d’un véritable big-bang qui mettra en cause le vieux système français par répartition, au profit d’un système par points et même par capitalisation pour les plus riches.

  • L’affaire Kohler éclabousse Macron

    Par et
    Alexis Kohler arrive à l’Élysée, le 3 janvier 2018. © Reuters Alexis Kohler arrive à l’Élysée, le 3 janvier 2018. © Reuters

    Selon les documents de la commission de déontologie que nous publions, le secrétaire général de l’Élysée n’a jamais révélé à cette instance ses liens familiaux avec la société MSC. Pour faciliter son pantouflage controversé en 2016, Emmanuel Macron a signé une attestation qui n’évoque pas la situation de conflit d’intérêts de son ami et plus proche collaborateur.

  • Les débuts sulfureux de Sibyle Veil à Radio France

    Par

    Portée à la présidence de Radio France dans des conditions controversées, compte tenu de sa proximité avec l’Élysée, Sibyle Veil vient de prendre Guy Lagache comme bras droit, lequel a récemment contrevenu à la charte éthique de la Maison ronde, qu’il est supposé faire respecter.

  • Secret des affaires: un péril démocratique imminent 

    Par
    capture-d-e-cran-2018-05-22-a-09-29-39

    Dénoncée par d’innombrables associations, syndicats et sociétés de journalistes, la proposition de loi sur le secret des affaires est examinée jeudi 24 mai par une commission mixte paritaire du Parlement. Sa ratification, qui est imminente, constituerait une mise en cause du droit de savoir des citoyens.

  • Crédit mutuel Arkéa: petites et basses manœuvres sur les réseaux sociaux

    Par

    Dans sa campagne pour faire scission du Crédit mutuel, la banque Arkéa a embauché une mystérieuse société de conseils sur Internet, dénommée Bloom, qui était déjà venue en appui de François Fillon pendant sa campagne des primaires de la droite. Au même moment, des opérations d’officine sont organisées sur les réseaux sociaux.

  • Arkéa engage la scission du Crédit mutuel

    Par

    Le président d’Arkéa s’apprête à décider une « désaffiliation unilatérale » du Crédit mutuel. Dans une lettre qu’elles viennent de lui adresser et dont Mediapart a obtenu copie, la Banque centrale européenne et la Banque de France soulignent le danger de l’aventure, tout en lui donnant un feu vert implicite.

  • Les salaires mirobolants du patron d’Arkéa

    Par

    Jean-Pierre Denis, qui préside la banque Arkéa, empoche des salaires annuels considérables, proches de 1,6 million d’euros en 2016 et en 2017, soit plus que beaucoup de patrons du CAC 40. Il a aussi passé une alliance avec Tikehau Capital, le fonds financier qui a embauché François Fillon. Cette coopération apporte une confirmation importante : son projet est d’amener son établissement vers des rivages très éloignés du mutualisme.