La couleur du mâle

Par

Sociétés « pigmentocratiques », imaginaires sur la sexualité noire, féminicides… La chercheuse colombienne Mara Viveros Vigoya, depuis l’Amérique latine, livre, avec un ouvrage ambitieux intitulé Les couleurs de la masculinité, une étude inédite des relations entre genre, « race » et classe.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mara Viveros Vigoya, chercheuse féministe colombienne non blanche, professeure à la Faculté des sciences humaines de l’université nationale de Colombie, spécialiste des études de genre, incarne peut-être l’envers d’Alvaro Uribe, l’ex-président colombien, auquel elle consacre un chapitre de son livre foisonnant, Les couleurs de la masculinité. Expériences intersectionnelles et pratiques de pouvoir en Amérique latine.