Court métrage. «Phosphure d'aluminium», conversation autour d'un poison

Troisième des cinq courts métrages que Mediapart vous propose en partenariat avec le festival Cinéma(s) d'Iran. En 29 minutes, ce film d'Amir-Hossein Karami aborde tranquillement le désir de suicide d'une jeune femme.

Vidéo réservée aux abonné·es

Enquêtes exclusives, reportages, documentaires, entretiens…

Je m’abonne pour 1€

Résiliable en ligne à tout moment

Se connecter

Mediapart & le festival Cinéma(s) d'Iran

2 juin 2016 à 11h59

Troisième des cinq courts métrages iraniens que nous vous proposons à l’occasion de la 4e édition du festival Cinéma(s) d’Iran, Phosphure d’aluminium est un film de 29 minutes d’Amir-Hossein Karami, réalisé en 2015. Ce long dialogue entre une jeune femme en recherche d’un poison violent et un ami prêt à l’aider est l’occasion d’aborder les relations entre hommes et femmes et le poids des traditions en Iran.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À la Une de Mediapart

Violences sexuelles
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Dossier
MeToo, plus de cinq ans d’enquêtes
Parmi les centaines d’articles publiés et émissions réalisées par Mediapart, ce dossier rassemble une sélection d’enquêtes marquantes, du monde du travail à celui de la musique, de la politique au cinéma, et fait la chronique des défaillances de la justice.
par La rédaction de Mediapart
Politique
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Exécutif — Parti pris
Kohler, Dupond-Moretti : et soudain, il ne se passa rien
Le président de la République n’a pas jugé nécessaire de réagir après l’annonce du procès à venir de son ministre de la justice et de la mise en examen de son bras droit. Il mise sur le relatif silence des médias. Et ne s’y trompe pas.
par Michaël Hajdenberg