La rentrée littéraire de Black Lives Matter

Par

Le mouvement Black Lives Matter ne cesse d’être tragiquement relancé par des assassinats de Noirs aux États-Unis. En France, la rentrée littéraire voit fleurir les traductions de textes écrits hier et aujourd’hui par des Africains-Américains autour d’histoires réellement vécues. Tour d’horizon avec Maya Angelou, James Baldwin, Colson Whitehead… Et quelques livres français !

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Stamps, Arkansas, fin des années 1940. Maya Angelou, qui a déjà beaucoup bourlingué alors qu’elle n’a pas même encore vingt ans, pense pouvoir se poser, enfin ; partie de Californie son bébé sous le bras, voilà qu’elle retourne chez sa grand-mère, dans le pays de son enfance. La toute jeune femme déborde d’énergie ; pour vivre elle a déjà exercé ses talents de cuisinière, de danseuse de claquettes ou de tenancière de bordel, tout en dévorant Dostoïevski. Elle qui rêvait d’être chauffeur de maître sera la première conductrice noire de tramway à San Francisco, avant de devenir, bien plus tard, une écrivaine, et une icone nationale.