Pablo Larrain achève avec « No » sa trilogie sur la dictature chilienne

Par

Images de la dictature et dictature de l'image. Le jeune cinéaste chilien Pablo Larrain revient sur son thème favori avec No, impressionnante fable vintage sur le référendum de 1988 au Chili, avec la star Gael Garcia Bernal en publicitaire ironiquement soucieux du « contexte social actuel ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Un film trouvé dans une décharge, égaré dans le cosmos » : ainsi Jean-Luc Godard présentait-il Week-End, en 1967. C’est en des termes similaires que Pablo Larrain pourrait décrire No, qui sort aujourd'hui en France après avoir remporté un fort succès au Chili et raté de peu l'Oscar du meilleur film étranger. Quarante-cinq ans après, la décharge a changé : ce n'est plus celle du consumérisme des années 1960, avec ses stars déroutées – Mireille Darc, Jean Yanne – et ses longues files de voitures embouteillées sur les routes de France. Ou plutôt si : c'est cette décharge-là, augmentée d'une autre. No est un film trouvé dans la décharge des images, égaré dans le cosmos de Youtube.