L’art perdu de la description de la nature

Par

C’est non à l’extinction des espèces, mais à notre capacité à les décrire que s’intéresse l’historien Romain Bertrand dans un livre singulier, où l’on finit par ne plus compter les mots que l’on ne connaît pas. Et si la manière dont nous avons perdu la relation au monde était une affaire de langage ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 2013, les éditions La Découverte traduisaient en français Comment la terre s’est tue. Pour une écologie des sens, dans lequel le philosophe David Abram étudiait comment le silence et le vide du monde s’étaient développés parmi les « enfants de la raison » du monde occidental, à l’encontre d’autres traditions orales.