Avec Fatima Daas, naissance d’une subjectivité politique entre désir et rébellion

Par Paul B. Preciado

Musulmane et lesbienne, l’écrivaine Fatima Daas a déclenché une controverse en disant ne pas pouvoir s’empêcher de penser que l’homosexualité est un péché. Pour Paul B. Preciado, ces paroles sont complexes et importantes, car elles se situent en dehors du féminisme républicain.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le travail de cartographie des modalités d’un présent révolutionnaire peut évoquer le corps du cartographe comme athlétique, courant d’une lutte à l’autre, un corps vigoureux et viril, présent dans toutes les manifestations. Et pourtant, au contraire, cette cartographie commence dans les lits, dans les hôpitaux et dans les cimetières. Comme nous l’enseigne l’artiste coréenne-américaine et malade chronique Johanna Hedva, c’est avec le corps blessé par la violence patriarcale et coloniale, et par la destruction écologique, que nous devrons faire la prochaine révolution. Ainsi, cette cartographie de notre présent révolutionnaire commence d’abord par acter la difficulté de se lever.