Corona-blues: la fête est-elle finie?

Par

La fermeture des lieux de fête, désormais couplée à la limitation des rassemblements et au rideau baissé des bars dans plusieurs métropoles, est lourde de conséquences économiques, mais aussi culturelles et psychologiques. Entre prohibition, précaution et transgression, le corona est-il synonyme de fin de party ? « Il est nécessaire de réfléchir à comment continuer à s’amuser », plaident ceux qui ne veulent pas se résoudre à seulement travailler et dormir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La recrudescence du coronavirus s’accompagne d’une montée du corona-blues. Depuis mardi, Paris et sa petite couronne ont rejoint Marseille en zone écarlate, synonyme de fermeture complète des bars. Des métropoles suivies depuis ce samedi 10 octobre par Lyon, Lille, Saint-Étienne et Grenoble. En attendant d’autres villes si les courbes de contaminations et d’entrées en réanimation ne s’aplatissent pas prochainement.