Décès d'Anita Ekberg, l'icône de la Dolce Vita

Par

Elle était devenue une icône du cinéma grâce à La Dolce Vita de Federico Fellini. L'actrice suédoise Anita Ekberg est décédée dans la clinique où elle était hospitalisée près de Rome, en Italie. Elle avait 83 ans.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Fille d'un docker, Kerstin Anita Marianne Ekberg était née en 1931 à Malmö, sixième de huit enfants. Élue Miss Suède 1950, elle brigue la couronne de Miss Univers aux États-Unis. Si celle-ci lui échappe, John Wayne la remarque et lui offre un premier rôle. En 1967, de passage à Paris, elle explique ainsi n'avoir jamais eu l'intention de devenir actrice : « En sortant de l'école (...), seule la mode m'intéressait et je suis entrée comme mannequin dans une maison de couture suédoise. Un jour, des amis, par boutade, m'ont conseillé de me présenter à l'élection de Miss Suède. »

Après cinq années à Hollywood, elle reçoit le Golden Globe en 1955 du meilleur espoir féminin pour son rôle dans L'Allée sanglante de William A. Wellman, qui réunit deux légendes américaines : Lauren Bacall et John Wayne. En 1956, elle incarne également Hélène Kuragin dans l'adaptation par King Vidor du classique de Tolstoï, Guerre et Paix.

Mais c'est quelques années plus tard, en 1960, que l'actrice suédoise crève l'écran dans La Dolce Vita de Fellini. Une scène marque principalement les esprits : celle se déroulant dans la fontaine de Trevi, où Anita Ekberg, en longue robe noire bustier, fait chavirer Marcello Mastroianni. Surnommée jusque-là « l'iceberg », un sculpteur l'ayant statufiée en « Vénus de glace », elle y gagne le qualificatif de « bombe suédoise ».