Le PS et la pensée: rupture consommée

Par

Un appel pour une « grande primaire des gauches et des écologistes » signée par d’anciens soutiens intellectuels des socialistes. Une phrase du premier ministre confondant sciences sociales et « excuses sociologiques ». Alors que l’Élysée avait voulu remettre en scène, depuis un an, le retour des intellectuels dans son giron, le fossé se creuse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cela n’excuse pas le pouvoir socialiste, mais cela l’explique un peu. La rupture avec le monde de la pensée et de la recherche, sur fond de polémique liée à la déchéance de nationalité, ne cesse de s’approfondir. Viennent de le montrer, tour à tour, la phrase prononcée par Manuel Valls samedi 9 janvier, jugeant qu’« expliquer, c'est déjà vouloir un peu excuser », puis la large pétition signée par de nombreux intellectuels et chercheurs, publiée dans Libération  puis Mediapart lundi, qui appelle à une « grande primaire des gauches et des écologistes » pour se « réapproprier l’élection présidentielle », avec « du contenu, des idées, des échanges exigeants » et qui mise, sans le dire explicitement, sur un renoncement d'un François Hollande empêtré dans un chômage persistant et la polémique sur la déchéance de nationalité.