Pour les journalistes du Monde, la descente aux enfers se poursuit : après avoir abandonné en 2010 le contrôle majoritaire de leur journal à l’occasion de la prise de pouvoir par les trois oligarques Xavier Niel (propriétaire du groupe Iliad-Free), Pierre Bergé (ex-patron du groupe de luxe Yves Saint Laurent) et Matthieu Pigasse (banquier d’affaires de la banque Lazard), ils devraient perdre jeudi la fragile minorité de blocage dont ils disposaient encore. Soit un peu plus de son indépendance, en somme, que la Société des rédacteurs du Monde (SRM) va perdre à l’occasion d’une assemblée générale extraordinaire. C’est ce qui transparaît de diverses correspondances, dont une adressée aux journalistes retraités du Monde, dont Mediapart a pris connaissance.