« How I Met Your Mother », ou la vie en prime

Par

How I Met Your Mother mérite mieux que sa réputation de sous-Friends. C'est la meilleure sitcom contemporaine, la plus originale et la plus neuve. Pourquoi ? Comment ? Par le récit et par le temps. Par le multiple et par la vitesse. Plaidoyer en faveur de Ted, Robin, Marshall, Lily et Barney.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

How I Met Your Mother ne raconte pas comment j’ai rencontré votre mère. Pas encore : sept saisons, cent soixante épisodes se sont écoulés et Ted Mosby n’est toujours pas arrivé à l’instant entre tous choisi où il fit la connaissance de la femme de sa vie. De l’année 2030 où il les a assis sur un canapé comme devant la télé, son fils et sa fille attendent toujours, à cette heure, qu’il en vienne au fait. Ted approche puis repousse toujours le fin mot de l’histoire, il est notre Shéhérazade. Il raconte tout. Et n'importe quoi. De préférence n'importe quoi. Dans le dessein de gagner quel temps ? Celui qu’il faut à une série pour exister.