Tiphaine Samoyault: «La traduction n’est pas une langue»

Par

La traduction, outil de pacification dans un monde consensuel, uni par le dialogue ? Tout au contraire, répond Tiphaine Samoyault, avec Traduction et violence : la violence est au cœur de traduire, et il faut le penser pour comprendre les rapports de domination, et les combattre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La traduction a été érigée depuis deux décennies en modèle de l’accueil, de la bienveillance dans le rapport à l’autre : le traducteur serait un passeur, la traduction permettrait le dialogue universel. Avec Traduction et violence, Tiphaine Samoyault, professeur de littérature comparée, elle-même traductrice, rappelle que cette éthique de la traduction ne suffit pas : « La traduction n’est pas toujours cet espace irénique de la rencontre et du partage […] dont notre époque, en délicatesse avec l’universel, voudrait faire le paradigme de la relation à l’autre. C’est d’abord et d’emblée une opération violente, d’appropriation et d’assimilation, où le mouvement de circulation masque assez mal les processus de domination. »