«L’Etang», fantastique récit

Par

L’Étang est un bijou de la plus belle eau, mais elle n’est pas transparente : sous des dehors bucoliques, le livre brille d’un éclat inquiétant. Visite guidée et entretien avec l’auteure, Claire-Louise Bennett.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Une banane avec un café est parfois agréable. Il ne faut pas qu’elle soit trop mûre – en fait il doit y avoir une nette survivance de vert le long de la queue, et s’il n’y en a pas, on peut l’oublier. Même s’il faut avouer que c’est plus facile à dire qu’à faire. Les pommes se laissent oublier, mais pas les bananes, pas vraiment. Elles ne tolèrent en réalité pas du tout d’être oubliées. Elles se ratatinent et sentent le pourri et deviennent presque noires. »