Autobiographie d’un auteur réduit à ses données

Par Hugo Pradelle (En Attendant Nadeau)

Le nouveau livre de Charly Delwart est assurément l’un des plus originaux du moment. Au-delà du jeu ludique, sa Databiographie invente une manière de se raconter inédite. En se libérant de lui, l'auteur déplace et reconfigure les enjeux mêmes de l'autobiographie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’existence est affaire de combinaisons, de probabilités, d’actions, d’états. Dans quelles proportions se développe la pilosité d’un homme entre ses vingt et ses quarante ans ? Quel est l’état de sa dentition précisément ? Quelle surface de pizza a-t-il ingérée pendant sa vie ? Combien de fois a-t-il pris l’avion ? Comment se distribuent son emploi du temps ou ses tâches ménagères ? Combien d’argent a t-il dépensé pour sa psychanalyse, et ce que cette somme représente au mètre carré dans divers endroits du monde ? Quel est le nombre de personnes qu’il rencontre en une année, la portion d’entre elles dont il se souvient du nom ? Comment se répartissent les couleurs des vêtements qu’il porte le plus fréquemment ou les heures qu’il consacre à des activités physiques ? Quel est le rapport des livres qu’il a lus en entier en regard de ceux qu’il a simplement entamés, jamais finis, relus ou remisés… ?